Affichage de 206 résultats

Notice d'autorité

Bailloud, Gérard

  • FRAEPMSHRG-GB
  • Personne
  • 1919-2010

Gérard Bailloud était archéologue et spécialiste mondialement connu du Néolithique. Ses recherches scientifiques concernent aussi bien le Néolithique européen que la Préhistoire récente de l’Afrique.

Carrière :
1942-1956 : Employé à la photothèque du Musée de l’Homme (Musée National d’Histoire Naturelle)
1956-1958 : Stagiaire au CNRS
1958-1984 : Attaché puis chargé de recherches au CNRS
1972-1983 : Direction de l’URA 12, équipe mixte CNRS-Université Paris I et chargé de cours à l'université Paris 1

Responsabilités :
1964 - 1983 : Secrétaire général de la SPF
1965 - 1968 : Directeur des Antiquités préhistoriques d’Île de France
1970 : Président de la SPF
1976 : Vice-président de la SPF

Bocquentin Fanny

  • FRAEPMSHRG-FBO
  • Personne
  • Chercheuse au CNRS depuis 2005

Fanny Bocquentin travaille sur la néolithisation du Proche-Orient, de la sédentarisation à l’invention de la céramique (15 000-6 000 av. J.-C.). Elle s’intéresse aux différentes étapes de ce processus et aux dynamiques socio-culturelles qui le caractérisent. Son domaine d’expertise est celui des populations humaines et de leurs pratiques funéraires tout au long de cette période qui voit les communautés de chasseurs-cueilleurs nomades se transformer en villageois cultivateurs et éleveurs.
Elle est tout d'abord rattachée à l’équipe Ethnologie préhistorique (UMR 7041 Archéologies et sciences de l'Antiquité) puis à l'UMR 8068 TEMPS.

TITRES OBTENUS

    1. Doctorat en Anthropologie biologique, mention Très Honorable (avec les Félicitations du jury à l'unanimité données oralement), Université Bordeaux 1. Travail de recherche effectué sous la direction de P. Murail et P. Sellier intitulé "Pratiques funéraires, paramètres biologiques et identités culturelles au Natoufien : une analyse archéo-anthropologique".
    1. DEA en Anthropologie, mention Très Bien, Université Bordeaux 1. Mémoire rédigé sous la direction de P. Sellier et de P. Murail intitulé "Étude du recrutement funéraire d'une population natoufienne : le site de Mallaha (Eynan, Israël)".
    1. Diplôme de Maîtrise en Archéologie (section : Protohistoire), mention Très Bien, Université Paris I Panthéon-Sorbonne. Mémoire rédigé sous la direction de M. Lichardus intitulé "La sépulture collective de Bardouville (Seine-maritime) : approche archéo-anthropologique d'une allée sépulcrale Seine-Oise-Marne".

FONCTIONS ET RATTACHEMENTS SCIENTIFIQUES

  • Depuis septembre 2014. Chargée de recherche au CNRS, UMR 7041 puis UMR 8068.
  • Septembre 2011-août 2014. Chargée de recherche au CNRS, USR 3132.
  • 2005-août 2011. Chargée de recherche au CNRS, UMR 7041.
    1. Post-doctorante Lavoisier au Centre de Recherche Français de Jérusalem.
    1. Attachée Temporaire à l'Enseignement et à la Recherche à temps partiel, Université Bordeaux 1.
  • 1999-2002. Allocataire de Recherche (Ministère de l'Éducation Nationale), Université Bordeaux 1.

Direction de fouilles
Eynan-Mallaha. Sur les traces des premiers bâtisseurs. Site d’habitat occupé pendant toute la séquence culturelle des tout premiers sédentaires du Levant (Natoufiens, 12500-9700 cal BC) (Galilée, Israël). En co-direction avec Lior Weissbrod (Israel Antiquities Authority, Israel). Reprise des fouilles depuis 2022 avec le soutien de la Fondation ARPAMED, du Ministère des Affaires Étrangères et Européennes, du Centre de Recherche Français de Jérusalem, de l’Irene Levi Sala Care Archaeological Foundation, du CNRS UMR 8068, et de l’Office des Antiquités Israéliennes.

Beisamoun : le 7ème millénaire du Levant sud en question. Site d’habitat du Néolithique précéramique (Haute vallée du Jourdain, Israël). Co-direction avec Dr. H. Khalaily (Israel Antiquities Authority): 8 mois de terrain (2007-2016) ; post-fouille et publications en cours. Mission soutenue par le Ministère des Affaires Étrangères et Européennes, le CNRS, le Centre de Recherche Français de Jérusalem, l’INRAP, l’Irene Levi Sala Care Archaeological Foundation et l’Office des Antiquités Israéliennes.

Participations à d’autres terrains :
Ice Age villagers of the Levant: sedentism and social connections in the Natufian period (Dir. : Dr. P. Edwards, Melbourne University, Australia). Fouille en cours du site de Wadi Hammeh 27 (Jordanie). Financement : Australian Research Council (Project ID DP210102250).

Raqefet Cave. Site funéraire natoufien (Mont Carmel, Israël). Sous la direction de Dr. D. Nadel (Zinman Institute of Archaeology, Haïfa) et Dr. G. Lengyel (Miskolc University, Hungaria) : 4 saisons de fouilles (2006-2011) ; 15 mois de post-fouille (2011-2017).

Direction de programmes internationaux

  • Mission Beisamoun : le 7ème millénaire du Levant sud en question (depuis 2007).
  • « Domesticating biological process: the emergence of cremation in the Levant during the pre-pottery Neolithic» F. Bocquentin et A. Rosen dir. (depuis 2015).
  • Prepared forever and a day: pre-burial treatment of a new pair of plastered crania from Beisamoun » F. Bocquentin et F. Berna dir. (depuis 2017).
  • Mécanismes et rythmes des changements économiques, sociaux et symboliques ayant conduit à l’adoption de la céramique : une approche pluridisciplinaire. J. Vieugué et F. Bocquentin dir. (depuis 2017).
  • L’effondrement du Néolithique précéramique au Levant Sud sous le prisme des pratiques funéraires : les sépultures d’Aïn Ghazal (Jordanie, 7e millénaire av. J.-C.). P. Chambon et F. Bocquentin. (depuis 2018).

DISTINCTION

  1. Lauréate de la Médaille de Bronze du CNRS.

ENSEIGNEMENT ET FORMATION
2004-2005. Attachée Temporaire à l'Enseignement et à la Recherche à temps partiel (96h), Université Bordeaux 1.
2005-2009. 6 heures annuelles en Master 1, Université de Paris I. Enseignement d’archéologie funéraire, coordination P. Chambon (UMR 7041).
2013-2014. External Lecturer, Ben Gurion University of Beersheva : 1 semestre d’enseignement (26h) : « Funerary Archaeology and Bio-anthropology”.
2010-2011. Co-organisation (avec Frédérique Valentin, UMR 7041) d’un séminaire d’archéologie funéraire (26 heures annuelles) en Master 2/doctorat, Université de Paris I.
Depuis 2015. Séminaire d’archéologie funéraire de Master 2/doctorat, Université de Paris I. Avec avec Pascal Sellier, UMR 7206 et Gregory Pereira, UMR 8096) (26 heures annuelles).
2022-2023. Séminaire Histoire technique, symbolique et spatiale de la maison. Séminaire doctoral de l’Université de Paris Nanterre. Avec Pierre Allard, UMR8068 et Emmanuelle Honoré, UMR8068 (24h, 2022-2023).

RESPONSABILITES ADMINISTRATIVES
Depuis 2003 . Membre de la Société d’Anthropologie de Paris.
Depuis 2009. Rapporteur Externe à la Commission Interrégionale de la Recherche Archéologique.
2017-2019. Membre du Jury de la Bourse Eugène Fleischmann.
2017-2020. Membre du Comité Scientifique de l’USR 3132, Centre de Recherche Français à Jérusalem.
Depuis 2017. Rapporteur pour l’ANR.
Depuis 2022. Directrice adjointe de l’UMR TEMPS

Mission archéologique française de Mallaha (Israël)

  • FRAEPMSHRG-MAFM
  • Collectivité
  • 1972-2005

Le site d'Ain Mallaha (Eynan en hébreu) est situé près du lac Houlèh, au pied de la Haute Galilée. Découvert par Jean Perrot en 1954, ce gisement de la période épipaléolithique (Natoufien) a été fouillé entre 1955 et 1961, puis de 1971 à 1976 et en 1979. François Valla participe à ces travaux à partir de 1971.
Fouilles Jean Perrot : 1955-1956 et 1959-1961
Fouilles de Beisamoun-Mallaha sous la direction Jean Perrot et de Monique Lechevallier :
Campagne de 1971 : du 18 août au 29 septembre
Campagne de 1972 : du 23 août au 14 septembre
Campagne de 1973 : du 26 août au 23 septembre
Campagne de 1974 : du 28 août au 6 octobre
Campagne de 1975 : du 1er juillet au 22 août et du 16 septembre au 17 octobre (les fouilles sont conduites par Monique Lechevallier. François R. Valla est associé à la direction des travaux)
Campagne de 1976 : du 5 juillet au 5 septembre et du 19 septembre au 2 octobre (François R. Valla est associé à la direction des travaux)
Campagne de vérification de 1979 : du 4 au 14 juin, dirigée par François R. Valla.
Les travaux ont mis en évidence l'existence d'un "village" qui a fourni la preuve que la vie sédentaire avait précédé la domestication des animaux et des plantes, vers 12500 avant notre ère. Les fouilles des années 1970 ont permis de définir une stratigraphie relative au Natoufien ancien, récent et final.

Entre 1996 et 2005, F. Valla reprend la direction des fouilles d'Ain Mallaha (Eynan) avec Hamoudi Khalaily afin d'établir une stratigraphie détaillée et d'exposer des sols d'habitat.
Le site de Mallaha est caractéristique de la période natoufienne (c. 12000-10000 av. J.-C.), qui voit la transition entre la fin du paléolithique et le début du néolithique et en particulier le début de la sédentarisation. En effet, des constructions circulaires et semi-circulaires semi-enterrées ont été dégagées ainsi que de nombreuses sépultures.
Les habitants de Mallaha vivaient de la chasse, de la pêche et de la cueillette. Le matériel mis au jour sont des objets en silex débité formant des lamelles ainsi que des objets servant au broyage (meules, pilons, mortiers).

Mission archéologique française d'Hayonim

  • FRAEPMSHRG-MAFH
  • Collectivité
  • 1980-1989

La mission archéologique a été dirigée par François Valla, directeur de recherche honoraire, rattaché à l'équipe Ethnologie préhistorique (UMR 7041 Archéologies et Sciences de l'Antiquité), puis à l’UMR 8068 TEMPS.
F. Valla a dirigé les fouilles de la terrasse d'Hayonim en 1980-1981 puis de 1985 à 1989 avec O.Bar-Yosef.

"Le site d’Hayonim (Haute Galilée, Israël) est un vaste gisement préhistorique qui comprend une grotte devant laquelle s’étagent plusieurs terrasses. Les recherches conduites entre 1980 et 1989 sous l’égide du ministère des Affaires Étrangères sur la Terrasse supérieure ont rencontré des vestiges datant du Néolithique (Phase du Ouadi Rabah) et de l’Épipaléolithique (Kébarien géométrique et Natoufien récent). Les dépôts ont permis d’observer les activités des Néolithiques hors des villages qui font habituellement l’objet de fouilles. Si le Kébarien géométrique est peu représenté dans la zone étudiée, le Natoufien a donné un ensemble de structures et de sépultures. La Terrasse est un des rares sites où il est possible d’observer les premières architectures au Levant. Une des sépultures contient les restes de trois individus et apparait comme un document exceptionnel à la fois par son organisation et par la présence de canidés qui illustre le développement des relations entre l’Homme et l’Animal avant la domestication des animaux de boucherie. Un mobilier abondant, qui n’est pas identique à celui livré par la Grotte pour la même période, pose la question des relations entre les deux parties du gisement. Plus de dix mille fragments osseux identifiés (surtout des gazelles) permettent une analyse détaillée des pratiques cynégétiques. Les matériaux rassemblés dans ce volume contribuent à alimenter la réflexion sur les premiers sédentaires au Proche-Orient et leur devenir." http://www.crfj.org/vient-de-paraitre-memoires-et-travaux-du-centre-de-recherche-francais-sous-la-direction-de-valla/ (consulté le 11/07/2018)

Djindjian François

  • FRAEPMSHRG-FD
  • Personne
  • Chercheur associé au CNRS à partir de 1976

Garrod, Dorothy Anne Elizabeth (1892-1968)

  • FRAEPMSHRG-DG
  • Personne
  • 1892-1968

Dorothy Garrod nait le 5 février 1892 à Londres. Elle grandit entourées de savants ; son grand-père, son oncle et son père sont tous membres de la Royal Society. Après de longues études classiques, elle est admise à l’université de Cambridge, puis entre à Newnham College où elle passe une licence d’histoire. Ses dernières années d'études coïncident avec les premières années de la guerre. En 1916, elle décide de s’engager dans les cantines de l’armée et sert jusqu’en 1919 du nord de la France au bord du Rhin. La paix revenue, elle rencontre l’ethnologue et anthropologue Robert Marett (1866-1943) qui l’entraîne vers l’ethnologie comparée.
En 1921, après l’obtention d’un diplôme d’anthropologie, une bourse de voyage lui permet de partir quelques mois en France. Elle visite des cavernes ornées pyrénéennes avec le comte Begouen et rencontre l’abbé Henri Breuil à Ussat (Ariège) qui l’emmène visiter les grottes de Niaux. Sous son égide, elle aborde l’année suivante l’étude du paléolithique à l’Institut de Paléontologie Humaine de Paris, alors dirigé par Marcellin Boule. C’est au cours de cette période de formation (1922-1924) qu’elle se lie d’amitié avec le Père Teilhard de Chardin et d’autres personnalités du monde scientifique de l’époque. Guidée par le Dr H. Henri-Martin elle débute dans la fouille à la Quina, puis suis un stage aux Eyzies sur les chantiers de Denis Peyrony.
De retour en Angleterre, elle parcourt le pays, de Victoria Cave à Kent’s Cavern, contrôlant par l’observation sur le terrain toutes les sources écrites. À la suite de ces prospections, elle fait paraître en 1925 son premier ouvrage, consacré au Paléolithique supérieur en Grand Bretagne, première synthèse sur la question qui selon l’abbé Breuil comble une véritable lacune de la littérature scientifique. En ce milieu des années vingt, elle effectue de nouveau quelques voyages en France, en particulier chez les Saint-Périer qui explorent les gisements autour de Lespugue.
En 1926, sur les conseils de l’abbé Breuil, elle entreprend ses premières fouilles à Devil’s Tower au pied du Rocher de Gibraltar. Elle y découvre le crâne d’un enfant néandertalien, associé à une industrie moustérienne, ce qui lui permet de préciser pour la première fois la chronologie du paléolithique supérieur de la péninsule.
À l’automne 1927, D. Garrod est invitée à se joindre à la commission internationale chargée d’émettre un avis sur l’authenticité du site archéologique de Glozel (Allier) découvert trois ans plus tôt par Emile Fradin. En janvier 1928, la commission conclut à la non ancienneté de l’ensemble des documents qu’elle a pu étudier à Glozel et soulève un tollé.
Début 1928, elle quitte l’Europe pour la Palestine avec pour projet de tenter de préciser la chronologie du paléolithique de la région. Elle est accueillie à Jérusalem par le Père Louis-Hugues Vincent (1872-1960), archéologue Français, moine dominicain, enseignant à l'École biblique et archéologique française de Jérusalem. Ce premier voyage marque le début d’une longue et brillante carrière de 36 ans dans les pays du Levant. Dès son arrivée, D. Garrod, soutenue par la British School of Archaeology, explore la grotte de Shukbah, près de Ramleh signalée dès 1924 par le Père Alexis Mallon (1875-1934). Elle y découvre l’existence du Mésolithique palestinien qu’elle nomme plus tard « Natoufien » et y exhume de nombreux ossements humains. Durant l’automne 1928 et jusqu’à Noël, elle poursuit ses recherches sur le paléolithique en Irak (Kurdistan du sud), repère des sites aux environs de Sulaimani et effectue quelques sondages dans les grottes de Hazar Merd et Zarzi (industries paléolithiques). Après cette expédition, elle se voit confier les fouilles des grottes du Mont Carmel (Wady el-Mughara), menacéés de destruction par une exploitation de carrière.
La fouille des grottes (M. es-Skhul, M. el-Wad, M. et-Tabun) s’étale sur sept campagnes (1929 à 1934) durant lesquelles la British School of Jerusalem et l’American School of Prehistoric Research collaborent étroitement. Ces travaux permettent à D. Garrod d’établir définitivement dans ses grandes lignes, la succession stratigraphique de l’âge de pierre en Palestine, allant du « Tabounien » au « Natoufien ». Le résultat des recherches est consigné dans le premier volume de : « Stone Age of Mont Carmel » (1937). La parution de l’ouvrage fut selon S. Cassou de Saint-Mathurin, un événement marquant : « Dorothy Garrod tentait de replacer les sédiments des couches, minutieusement décrits et observés, et la faune dans le schéma de l’évolution climatique élaboré par L. Picard. Si le tableau de la distribution au Carmel des espèces animales dans le temps, qu’elle proposait en accord avec D. Bates parait aujourd’hui trop simpliste, ce soucis d’éclairer les problèmes sous plusieurs angles, l’excellence de l’analyse des industries pour la plupart nouvelles, la précision des plans, que Dorothy Garrod levait elle-même, des coupes et des repères, faisaient à l’époque du premier volume de ce mémoire un ouvrage d’avant-garde dans le domaine scientifique. Il demeure la pierre angulaire de la préhistoire palestinienne » (L’Anthropologie-1970).
En 1935, afin de trouver des jalons entre les industries du Proche-Orient et de l’Europe, D. Garrod monte deux expéditions, l’une en Anatolie, l’autre dans les Balkans. La fouille de la grotte de Bacho-Kiro en Bulgarie permet d’esquisser une séquence du paléolithique de la région, mais le matériel récolté s’avère insuffisant pour pouvoir établir les comparaisons escomptées.
Depuis 1933, D. Garrod retrouve chaque hiver Newnham College (Université à Cambridge, Angleterre) où elle est chargée de diriger les études archéologiques. Elle obtient dans le courant des années 30 le grade de Docteur ès Science de l’université d’Oxford et le 1er octobre 1939, est nommée Disney Professor à Cambridge. Elle est alors la première femme titulaire d’une chaire dans cette université.
En 1940, la guerre éclate. D. Garrod s’enrôle dans la section féminine de la R.A.F. et travaille jusqu’à la fin du conflit au centre d’interprétation photographique de l’armée de l’air. Après la guerre, elle retrouve sa chaire de Cambridge et à partir de 1948 collabore pendant ses vacances, à la fouille de l’abri du Roc-aux-Sorciers (Vienne) avec Suzanne Cassou de Saint Mathurin.
En 1953, elle décide de résigner sa chaire afin de se consacrer davantage aux travaux de terrain, se fixe à « Chamtoine », près de Villebois-Lavalette (Charente), mais gagne régulièrement le Moyen-Orient. Cette année-là, D. Garrod retourne à Jérusalem où elle est l’hôte de l’École Américaine. Elle complète le travail sur les grottes d’Emireh et de Kebarah que son coéquipier de la première heure, Francis Turville Petre n’eut le temps d’achever. À partir de 1958, avec l’autorisation et l’appui de l’Émir Maurice Chebab, accueillie par l’Institut français de Beyrouth, elle mène des sondages sur les sites côtiers du Liban, abri Zumoffen, grottes du Ras-El-Kelb (avec G. Henri-Martin) et du Bezez (avec Diana Kirkbride et James Skinner). « Elle y découvr[e] les plages soulevées qu’elle y cherchait, en relation avec les industries yabroudiennes et levalloiso-moustériennes » (L’Anthropologie-1970).
De 1963 à sa disparition, le 18 décembre 1968, à Cambridge Dorothy Garrod s’attelle à la préparation de la publication de ses derniers travaux au Liban. Elle n’eut pas le temps de mener ce travail à bien. C’est son équipe qui s’en est chargée dans les années qui ont suivi son décès.

Résultats 201 à 206 sur 206